Universe Wars

Et si il existait des mondes différents? Si des failles s'ouvraient entre ces derniers? Si une guerre éclatait et que tous ces mondes étaient pris pour cible? Choisissez votre camp dans Universe Wars!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Reflexions hasardeuses. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mar 28 Oct - 4:41

Il était déjà assez tôt le matin et Kaien était déjà à son poste, assis tranquillement derrière son bureau le directeur regardait sombrement sa tasse de thé comme si elle allait lui révéler d'une minute à l'autre quelque chose d'une importance capitale et jusqu'alors ignorée.
Le blond remonta ses lunettes qui commençaient à glisser et soupira.
Kaien était réellement perturbé par les événements récents; tout d'abord l'apparition d'une énorme école très étrange visible depuis son académie; sa visite en ce lieu qui ne lui a fait découvrir que des personnes étranges qui ne savaient pas comment elles étaient arrivées ici et prétendaient venir de l'Amérique du Nord et plus précisément du désert du Névada...

Les pensées de Kaien continuaient de divaguer tandis qu'il se rappelait une scène de la veille...


Flash back :

"Bonsoir Kaien, la journée s'est bien passée? Enfin je suppose que passer sa journée assis derrière un bureau à boire du thé ne dois pas être trop éreintant."

Sans laisser le temps au directeur de répondre, le hunter s'installa sur la chaise face à Kaien, mettant ses pieds sur le bureau tout en manquant de faire tomber le vase de fleurs fraîchement cueillies. Le directeur soupira, prit le vase et alla le poser sur une de ses étagères déjà bien encombrées.

"Bonsoir Tôga, tout va pour le mieux, mais ne penses pas que je ne fais rien, peut-être qu'un jour tu seras à ma place et alors tu comprendras. Et éteints cette cigarette!"


"Ah oui, c'est vrai, il faut jardiner aussi, je déteste le jardinage, encore un truc de gonzesse que tu fais dans ton tablier rose en forme de chat ridicule."


"Ne critique pas le cadeau de ma petite Yûki! Elle me l'a offert pour la fête des pères figure toi!"


"Non mais je rêve... Tu l'as encore sur toi... Enlèves-le."


"Jamais!"


"Retire cette chose ou c'est moi qui le fait!"


"Plutôt mourir!"


"Ah ouais?!

Le hunter se leva en écrasant sa cigarette sur le bureau avant d'attraper le tablier de Kaien et de le jeter par la fenêtre. Le hunter recula ensuite, le visage de Kaien ayant prit une étonnante teinte rouge.

"Yûki va être furieuse si elle voit ça..."


"La ferme! Je suis sur les nerfs à l'idée de devoir donner des cours à ces crétins de vampires!"


"J'ai bien remarqué..."

Le directeur se pencha par la fenêtre et aperçut une étrange boîte bleue dans la cour de l'académie.

"Qu'est-ce que c'est que ça?"


"Hum? Je ne vois rien... hum... Tu hallucine sûrement, arrêtes le thé et va te coucher, moi je te laisse, j'ai des choses à faire, à plus tard."

Sur ce le hunter s'empressa de quitter le bureau tandis que Kaien le regarda faire sans trop comprendre. Le directeur finit alors sa tasse de thé et jeta un rapide coup d’œil dehors.
Cette fois-ci il aperçut Yagari entrer dans la cabine et celle-ci disparaître peu de temps après.


"Il a raison... J'ai vraiment besoin de repos..."

Fin du flash back.

"Je me demande tout de même si j'ai halluciné ou s'il m'a menti..."

Soudain le directeur releva la tête en entendant quelqu'un approcher de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mar 11 Nov - 0:46

"Pourquoi tu ne te contentes pas de lui expliquer ?"

"Lui en parler ? Tu déconnes, j'espère..."

A l'extérieur de l'académie Cross, à l'arrière du bâtiment principal. C'était ici que se réunissaient généralement les professeurs ou surveillants qui voulaient parler au calme ou fumer entre deux cours. Plaqué contre le mur de l'enceinte, un homme portant un bandeau noir sur l’œil droit discutait avec un autre homme, plus efféminé. Le premier se nommait Toga Yagari, professeur en éthique, et il s'agissait du personnage nous intéressant actuellement. Il discutait avec l'un de ses collègues les plus récents, Andrew Sarkov, professeur en psychologie. Ils étaient seuls dans leur coin, aucun autre professeur ou surveillant n'étant présent pour le moment. Ils étaient là pour fumer, à la base, enfin Yagari, puisque son collègue ne fumait pas, mais finalement, cette question d'Andrew avait pris de pied le professeur, retenant les deux hommes dans leur fumette habituelle. Enfin, Toga, puisque Andrew ne fumait pas. Alors qu'il répondait à son compagnon, l'homme au bandeau en profita pour commencer à sortir une cigarette, pouvant difficilement attendre plus. Il était bien trop désagréable de passer deux heures non stop avec des élèves soit désintéressés soit intéressées par ses pectoraux et la profondeur de son œil valide, sans la moindre petite taffe à se mettre dans l'élan. Les pauses étaient, pour lui, aussi salvatrices que pour les élèves, si ce n'était plus. Il sortit une de ses clopes en prenant soin de ne pas retirer ni abîmer les autres. C'était de la Winston. On ne gâchait pas de la Winston. Encore moins quand elle te vidait l'esprit après un cours d'éthique trop long. Toga rangea son paquet dans sa poche, et monta la clope à la bouche, avant de daigner continuer ce qu'il disait. La texture du tabac froid contre sa langue et du papier contre ses lèvres offrait un soulagement suffisamment bref mais intense pour répondre en toute détente.

"De un, je ne suis pas sensé lui dire. De deux, si je lui dis maintenant, il m'en voudra ne pas lui avoir dit. Merde, j'ai oublié mon briquet, je crois... T'as du feu ?"

"Je ne fume pas, pourquoi j'aurais un briquet sur moi ?"

Andrew ne fumait pas. Toga le savait pourtant. Ce n'est pas pour autant qu'il n'insista pas du regard. Le professeur efféminé soupira et fouilla quelques instants dans ses poches, faisant attendre son collègue qui le fixait comme un loup dévorant sa proie du regard. Andrew accéléra légèrement ses mouvements, qui se stoppèrent soudainement lorsque la main de ce dernier atteignit son objectif. Andrew sortit un briquet plutôt banal et indistinct, puis le tendit à Toga qui le prit en hochant la tête et en lâchant un grognement rauque, sonnant plus comme un signe d'impatience que de remerciement. L'éclat de la flamme s'alluma devant l'extrémité de la cigarette quand l'hunter l'activa d'un mouvement de pouce brut, unique et sans mesure. Après une longue et agréable bouchée, le professeur d'éthique sembla devenir un autre homme, plus détendu, moins ferme. Il éteignit de façon machinale le briquet et le mit dans sa poche en regardant dans le vide. Il en aurait plus besoin que son collègue. Après tout, Andrew ne fumait pas.

"J'ai décidé de me tenir au secret, rien ne quittera mes lèvres à propos de la définition à elle seule de l'Univers."

"C'est pourtant ce que tu devrais faire !"

"Une taffe ?"

"Non merci... Tu sais..."

"Oui je sais. Tu ne fumes pas."

Le ton de Toga était sec et désagréable, sans la moindre considération. Andrew soupira légèrement et mit ses mains dans ses poches, regardant le ciel d'un air détendu, comme-ci il essayait d'oublier ce ton acerbe. Yagari, lui, se contenta d'aspirer une nouvelle volute de fumée, l'air contrarié. Au bout d'une trentaine de secondes et de trois bouffées de vapeur carbonisée supplémentaires, l'hunter finit cependant par briser le silence.

"Comment ça, c'est ce que je devrais faire ?"

"... Eh bien, tu n'as pas le droit de tout expliquer à Kaien. Et encore moins de te décrédibiliser en lui montrant. Alors pourquoi ne pas le guider ?"

"T'as un chewing-gum ? J'aime pas puer de la gueule..."

"Euh... Pas vraiment besoin tu sais..."

En plus d'interrompre son fil de discussion, Toga interrompit le professeur de psychologie d'un regard noir et macabre, le prévenant de ne pas expliquer pourquoi il n'avait pas besoin de chewing-gums alors que lui si. Il savait pourquoi. Car l'un avait une mauvaise haleine et l'autre non. Car l'un ne fumait pas, et l'autre si. Andrew soupira à nouveau, de façon plus prononcée, et sortit de façon plus aisée un paquet de chewing-gums de bonne marque, lui tendant une bande que l'hunter mit dans sa poche. Il inspira de nouveau quelques bouffées avant de permettre au silence d'être brisé.

"Tu disais ?"

"Eh... Eh bien... Pourquoi ne pas le guider ? Le mettre sur des pistes discrètement, laisser échapper des indices dans tes paroles... Je sais que la subtilité c'est pas ton fort, mais tu pourrais lui faire obtenir ses explications par lui-même, et garder ainsi toute crédibilité. T'en penses quoi ?"

Toga resta un instant immobile à regarder droit devant lui, semblant réfléchir à ce que venait de lui dire Andrew. Il prit finalement sa clope entre deux de ses doigts, et l'aspira avec force, la finissant d'une seule traite. L'hunter profita grandement de cette dernière bouffée salvatrice, et expira la fumée tout en jetant frénétiquement son mégot au sol sans l'écraser. Il prit un livre semblant lui appartenir au sol et daigna finalement lui répondre avec effort.

"Je verrais."

Il retourna à l'intérieur du bâtiment principal sans adresser un dernier regard à Andrew, qui le regarda faire impassiblement, avant de fixer son mégot encore fumant. Le professeur de psychologie émit un léger rictus, d'à peine une seconde, et prit un sourire faux avant d'écraser avec force le mégot pour l'éteindre.


--------------------------------------------------

Juste après, quelques minutes environ à l'échelle humaine, la porte du bureau du directeur s'ouvrit sur Toga Yagari, qui entra sans véritable concession ni salut, se contentant de s'approcher de Kaien et de s'installer de façon débridée sur une chaise face à lui. Mâchant machinalement un morceau de chewing-gum, il posa son bouquin sur le bureau du directeur comme-ci il venait d'y poser ses organes reproducteurs à la place, lançant un regard puissant et brut à son compagnon. Après tout... Kaien Cross ne fumait pas non plus.

"Bonjour, Kaien. Je suis venu voir si tu bossais plus que d'habitude... Mais de toute évidence ce n'est pas le cas. Bref."

Le professeur d'éthique détourna le regarda, fixant impassiblement la fenêtre donnant sur la cour, comme-ci il observait quelque chose d'invisible. Il prit un air totalement désintéressé en mastiquant son chewing-gum et en se grattant la masse crânienne, et lâcha finalement du ton le plus rude et vif qu'il fut possible :

"T'as l'air pensif. Un truc te trotte dans la tête parmi tes longues heures de glanderie ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mar 11 Nov - 2:31

Le pauvre directeur ne fut pas étonné plus que ça en voyant Tôga Yagari entrer sans frapper et s'installer à la sauvage, c'était bien dans ses habitudes et son foutu caractère.
Ce dernier soupira, prit le vase qu'il n'aurait visiblement pas dû reposer sur le bureau et alla le placer sur la même étagère que la dernière fois.
Kaien soupira à nouveau en se rasseyant, priant au passage pour que le fougueux hunter ne remarque pas qu'il porte encore son fameux tablier rose qu'il a été chercher en bas la veille avant d'aller se coucher.
Avec un peu de chance il est encore venu se plaindre de devoir enseigner à des vampires, dire que ça "le fait chier", grogner, râler et pourquoi pas même allumer une cigarette dans son si précieux bureau comme il en a l'habitude malgré l'interdiction de fumer dans l'enceinte de l'académie et plus particulièrement dans les locaux.


"Hum... Que me vaut cette si plaisante et agréable visite?"

On aurait pu croire que le directeur faisait de l'humour mais ce n'était pas le cas. Yagari était bourru, grognon, froid, avait le sang chaud et toute une myriade d'autres défaults ; mais cela ne déplaisait pas pour autant à Kaien qui s'était habitué d'être la victime de ses sautes d'humeur et qui d'ailleurs était l'une des seules personnes à savoir lui tenir tête quand ça s'avère nécessaire.

"Mais sinon oui, je me demandais à quelle heure tu comptais venir te plaindre aujourd'hui, on dirait que tu commence tôt, en tous cas plus que d'habitude..."


Le directeur n'essayait même pas d'être sarcastique, il tentait juste de détourner la conversation, ne voulant pas dévoiler ses doutes sur son ami, surtout qu'il a un sacré tempérament et risque de très mal le prendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mar 11 Nov - 19:19

"Mais sinon oui, je me demandais à quelle heure tu comptais venir te plaindre aujourd'hui, on dirait que tu commences tôt, en tous cas plus que d'habitude..."

Yagari claqua de la langue sèchement et croisa les bras un air ferme au visage. Il fixait d'un regard noir et désagréable son ami, essayant de ne pas se laisser déborder par son sang chaud. S'il y avait bien une chose qu'il détestait chez Kaien, c'était cette capacité absolument phénoménale qu'avait le directeur pour lui casser les noisettes en permanence. Il était tellement insupportable que cinq minutes avec lui équivalait à deux heures de cours avec la pire classe de l'académie. Et encore, il pesait ses propos. D'ailleurs, il commençait déjà à être en manque de tabac... Bon sang, si Toga continuait à rendre visite quotidiennement au directeur comme ça, le bar tabac de la ville voisine allait avoir une rupture de stock en Winston. Et le pire, c'était que Kaien ne fumait pas. Ni Andrew. Quelle poisse. Il se demandait comment il arrivait à les fréquenter. Enfin surtout Kaien, car l'autre était un cas particulier. Ce blondinet, avec sa tête d’anthropoïde constipé et son tablier rose le rendant aussi crédible que Clint Eastwood avec un pistolet à eau... Et pourtant, au fond de lui, il le respectait beaucoup et l'appréciait à sa juste valeur. Sauf sur le fait qu'il ne fumait pas, évidemment. Sentant que le directeur déviait clairement la question, le visage de Toga se renfrogna fermement, et il se contenta de dire d'un ton sec et acerbe :

"Je ne suis pas venu me plaindre. Je veux savoir ce qui peut picorer le cerveau d'un imbécile comme ça. D'habitude, tu es stupide et naïf, certes. Mais là en plus t'es distrait. C'est trop pour être naturel."

Le professeur d'éthique sentait progressivement tout son corps s'hérisser, le démangeant un peu de partout, comme-ci si toutes les cellules de son corps l'appelaient et le poussaient à les rejoindre dans la tumultueuse partie dont le spectacle principal était le génocide de ses poumons. Ne pouvant résister à cet appel unanime et incontrôlable, Toga ne put s'empêcher de tendre sa main tremblante vers sa poche, sortant alors de celle-ci son paquet de Winston, d'une façon si naturelle qu'il semblait connaître son emplacement aussi bien que celui de son appareil génital. Il sortit fébrilement une nouvelle cigarette de la boîte, avec moins de patience et de prudence que la dernière fois, et la colla immédiatement d'un geste particulièrement fluide à ses lèvres, ses yeux cillant rapidement en exprimant un soulagement quasi complet. Cela l'occuperait quelques dizaines de secondes, ce qui le poussait à penser qu'il devait gérer cette discussion le plus rapidement possible avant que tout son paquet de cigarettes y passe. Il se frotta les cheveux en soupirant et en baissant le regard, l'air embêté. Que lui dirait-on de faire actuellement ? Andrew ferait comme si il ne savait rien de ses soucis, qu'il ignorait encore plus pourquoi il les lui cachait, mais qu'après tout il était son ami et qu'il pouvait lui faire confiance... Ouais, il dirait un truc du genre.

"Je ne sais rien de tes soucis, Kaien, et j'ignore encore plus pourquoi tu me les caches... Mais après tout, je suis ton ami, Kaien, non ? Tu peux me faire confiance..."

Oui, ça c'était pas mal du tout pour aborder le sujet. Cela appuyait sur son ignorance totale du sujet, et donc mettait l'interlocuteur en confiance. Du moins l'autre débile de psychologue le pensait. Maintenant, il n'avait plus qu'à espérer que cela allait marcher et que son vieil ami allait enfin s'ouvrir à lui autrement que pour lui parler des conneries de sa nièce ou de la qualité désastreuse de ses "petits plats d'amour".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mar 11 Nov - 21:11

Le directeur remarqua au fameux claquement de langue de Yagari ainsi qu'à l'air renfrogné qu'il prit qu'il ne pourrait pas s'en tirer aussi facilement. Là, Yagari était déterminé à savoir ce à quoi pensait son ami et ne comptait surement pas laisser tomber. Il semblait d'ailleurs tenter de se contenir, d'ailleurs s'il ne le faisait pas, il serait sûrement en train de l'insulter de tous les noms, peut-être le faisait-il même  déjà dans sa tête.
Kaien senti son oreille droite siffler, oui, à tous les coups il le faisait. Il bu alors une gorgée de thé et soupira en attendant que ça se calme avant que Yagari ne réponde sèchement :

"Je ne suis pas venu me plaindre. Je veux savoir ce qui peut picorer le cerveau d'un imbécile comme ça. D'habitude, tu es stupide et naïf, certes. Mais là en plus t'es distrait. C'est trop pour être naturel."

Imbécile? Bon ben ça commençait bien, il avait vraiment du mal à se retenir d'insulter ce hunter, enfin, tout le monde le savait, il a le sang chaud et un sale caractère...
Le directeur lâcha donc un second soupir avant de répondre calment à son ami :

"Tu m'as déjà vu pensif, ce n'est pas inédit, surtout lorsque j'étais hunter et que l'on chassait ensembles, j'ai juste un peu changé avec le temps mais même maintenant je réfléchis tu sais...
Par contre, ce qui étrange c'est que tu t'inquiète autant pour moi, d'habitude je peux tirer une tête de six pieds de long, rester silencieux pendant un moment, tu n'en as strictement rien à cirer."

Kaien marqua un temps de pause avant de poursuivre sur un ton enjoué et un air niais sur le visage :

"Donc, la vraie question n'est pas ce qui ne va pas chez moi mais plutôt pourquoi toi tu me demande ça. Serait-ce, mon légendaire charme qui aurait conquit ton coeur?~~
C'est vrai que je suis bel homme mais je ne pensais pas pouvoir séduire un homme tel que toi ~~"


C'est avec cette réplique emplie de stupidité mais peut-être pas tout à fait fausse que Kaien comptait s'en tirer mais c'était avant que Yagari ne poursuive sa phrase.

"Je ne sais rien de tes soucis, Kaien, et j'ignore encore plus pourquoi tu me les caches... Mais après tout, je suis ton ami, Kaien, non ? Tu peux me faire confiance..."

Kaien avait remarqué les tremblements de Yagari ainsi que son profond soulagement lorsqu'il plaça sa précieuse cigarette entre ses lèvres viriles (oulà, je m'égare) comme si le simple contact du papier, l'infime goût de tabac froid qui passait au travers, était pour lui comme un grand rafraîchissement.

"T'es devenu complètement accroc, tu devrais vraiment arrêter de fumer... Conseil d' "ami"..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mer 12 Nov - 22:07

"C'est vrai que je suis bel homme mais je ne pensais pas pouvoir séduire un homme tel que toi ~~"

Yagari dut faire un effort absolument gigantesque pour contrôler ses pulsions et ne pas sauter au cou de cet abruti qui le prenait pour un abruti en faisant l'abruti. Des pensées calmes. Une méditation sous une cascade sur une de ses mélodies préférées. Des pensées calmes. Sa cigarette allumée, afin de délecter son esprit lancinent. Des pensées calmes... Tiens, un groupe de levels E à décimer... Les yeux de Toga palpitèrent et cillèrent de soulagement, le professeur d'éthique soupirant tristement. Pour n'importe qui à l'extérieur de sa tête, cela semblait juste être une réaction agacée et non contenue d'un hunter désabusé, mais pour lui, c'était au contraire une réussite, symbole de sa résistance et de son contrôle de soi face à la colère. Ses doigts tapotèrent frénétiquement le bureau, comme pour maîtriser à la fois son envie de fumer et son envie de mettre un certain tablier rose dans les fesses d'une certaine personne. Pourquoi se braquait-il ? Il lui compliquait tellement la tâche, le poussant à une subtilité extrême. Et la subtilité, c'était pas le fort du hunter, bien au contraire. Il réfléchit une nouvelle fois à ce qu'aurait dit Andrew dans cette situation et répondit finalement sur le même ton.

"C'est la première fois que je demande, oui. Car d'habitude, c'est toi qui vient t'ouvrir à moi, à me raconter toute ta vie et tes problèmes avec la Night Class. Et tu partages également tes secrets. Mais là, tu refuses d'admettre ne serait-ce que la présence de tes soucis et essaies de dévier du sujet. Pour moi, ça ne veut dire qu'une chose. Tu me caches quelque chose, et qui plus est quelque chose qui me concerne de très près."

Toga se gratta la joue, clairement nerveux. Il sentait sur la fin de ses propos que la sauce piquante remontait, la tête d'ahuri répondant à ses mots étant particulièrement irritants. Il sentait qu'il suffirait d'un rien pour le mettre hors de lui, surtout alors qu'il était en manque de tabac, et Kaien non. L'hunter soupira gravement. Des pensées calmes... Un nouveau chapeau tout neuf... Des pensées calmes. Un bon verre de vin rouge. Des pensées calmes ! La putain de tête de merde de cet idiot enfoncée dans la cuvette des chiottes ! Non, ça c'était pas bon, pas du tout... Non, plutôt lui en train de faire un feu de camp avec Zero et Ichiru. Voilà, ça c'était bien... Ca le détendit totalement, dans une sérénité la plus absolue... Maintenant, il semblait au professeur de morale et d'éthique que plus rien en ce monde ne pouvait venir à bout de sa patience et le sortir de ses gonds...

"T'es devenu complètement accroc, tu devrais vraiment arrêter de fumer... Conseil d' "ami"..."

"OH PUTAIN DE NOM DE NOM !"

Le sang de Toga ne fit qu'un tour et son cœur s'emballa, ses lèvres relâchant dans un spasme sa cigarette qui se tordit et tomba mollement au sol. L'hunter se leva de sa chaise avec brutalité, faisant tomber lourdement celle-ci contre le sol derrière lui. Les traits de Toga se renforcèrent et les jointures de ses doigts se refermèrent avec force, alors que l'homme leva la paume de sa main avec colère et l'abattit tel un fléau sur le bureau du directeur. Tel un véritable raz-de-marée, elle balaya toute la surface du bureau et décima chacun de ses pauvres habitants sur son passage : le livre du hunter, les documents de Kaien, son téléphone, et même sa lampe de chevet... Personne ne fut épargné. Chacun d'eux volèrent dans les airs, atterrissant à des endroits aléatoires sur le sol de la pièce, en fonction de leur position initiale et de leur poids. Yagari plaqua alors avec violence ses mains sur le bureau et approcha son visage renfrogné de celui de son vieil ami, à une distance où le contact était presque physique, leurs lèvres étant particulièrement proches. Son regard acide et réprobateur se plongea dans celui de Kaien, ses yeux brillants d'un éclat de feu plein de furie.

"Comment oses-tu dire ça maintenant, Kaien ?! Tu sais parfaitement que je déteste ce sujet ! Mais au fond ce n'est pas vraiment ça le problème. C'est qu'en plus je prends la peine de m'inquié... de me questionner sur toi, et qu'après avoir esquivé le sujet, tu n'hésites pas à relancer quelque chose contre MOI ! Cesse d'être égoïste et hypocrite et dis ce que tu as sur le cœur !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mer 12 Nov - 23:02

Après sa première réponse, Kaien vit clairement que Yagari essayait de se calmer, aussi discrètement qu'il le faisait, il le connaissait par cœur et arrivait à le comprendre à sa respiration et autres "langages corporels".

"C'est la première fois que je demande, oui. Car d'habitude, c'est toi qui vient t'ouvrir à moi, à me raconter toute ta vie et tes problèmes avec la Night Class. Et tu partages également tes secrets. Mais là, tu refuses d'admettre ne serait-ce que la présence de tes soucis et essaies de dévier du sujet. Pour moi, ça ne veut dire qu'une chose. Tu me caches quelque chose, et qui plus est quelque chose qui me concerne de très près."

Là-dessus Kaien ne pouvait pas dire qu'il avait tord, il avait même totalement raison... Mais avoir raison à tel point voulait sûrement dire qu'il en savait bien plus qu'il ne le laissait paraître, il vit qu'il se grattait la joue, signe de nervosité, vraiment quelque chose n'allait pas chez lui.
Penser que son ami lui cachait volontairement des choses l'agaça, il décida donc de l'énerver un peu en espérant que sous la colère il se livre plus facilement. De toutes façons énerver Yagari était un jeu d'enfant avec son tempérament de feu. Aussi, il ajouta :


"T'es devenu complètement accroc, tu devrais vraiment arrêter de fumer... Conseil d' "ami"..."

Voilà, la bombe atomique venait d'être larguée, il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle s'écrase au sol et explose, ce qui ne tarda pas...

"OH PUTAIN DE NOM DE NOM !"

La guerre venait d'éclater en une fraction de seconde. Toucher au tabagisme de Yagari, lui faire LA réflexion qui l'excédait par-dessus tout. Kaien avait clairement poussé le bouchon beaucoup trop loin et visiblement pas froid aux yeux pour oser lui sortir ça...
Le spectacle qui suivit était digne d'une apocalypse; la chaise sur laquelle il était assis fut renversée,  ses dossiers minutieusement rangés, le téléphone sur son bureau, le livre de son ami ainsi que la lampe furent balayés par le puissant bras du hunter et le verre de la lampe se brisa immédiatement dans un bruit d'éclat sourd lorsque cette dernière heurta le sol.
Le directeur avait prévu ce genre de dégâts collatéraux, mais ce qu'il n'avait pas prévu c'était ce qui se produisit juste ensuite; Yagari abattit avec violence ses mains sur le bureau, le regard furibond et son visage bien trop bien du sien pour que Kaien ne puisse contenir un rougissement, prenant instantanément une couleur écarlate.


"Comment oses-tu dire ça maintenant, Kaien ?! Tu sais parfaitement que je déteste ce sujet ! Mais au fond ce n'est pas vraiment ça le problème. C'est qu'en plus je prends la peine de m'inquié... de me questionner sur toi, et qu'après avoir esquivé le sujet, tu n'hésites pas à relancer quelque chose contre MOI ! Cesse d'être égoïste et hypocrite et dis ce que tu as sur le cœur !"

Cette tirade résonnant dans l'esprit de Kaien et pour la première fois depuis longtemps l'énerva. Lui? Égoïste et hypocrite? Qui, qui ici était le menteur?! Qui prenait qui pour un idiot?!
Kaien ne voulait pas lui montrer que la colère pouvait encore l'animer. Il ne voulait pas qu'il découvre qu'au fond, il ne faisait que porter un masque en permanence pour cacher son ancien lui, le lui dont il avait honte. Il soupira longuement et plongea un regard calme et un peu froid dans celui de Yagari. Son ami n'allait pas s'en tirer comme ça, il lui donnerait, cette fois, pas l'occasion de se défiler comme il l'a fait tout à l'heure. Après tout, Tôga l'avait refusé, non?

"Tu veux vraiment savoir? Alors voilà..."

Tout en laissant le silence s'installer et à Yagari le temps de reprendre son souffle, il le scruta calmement, un doux sourire aux lèvres avant d'aller les déposer dans un léger mouvement de tête sur celles du hunter.
Là. Voila qui devrait l'hébéter et le troubler assez pour qu'il ai enfin des réponses claires et non-dissimulées derrières ces stupides paroles que ne cesse de prononcer son ami tout en s'accusant lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Dim 16 Nov - 3:49

"Tu veux vraiment savoir? Alors voilà..."

En entendant cette phrase, Toga fronça les sourcils. Avait-il atteint son but ? C'est à dire convaincre Kaien de dire ce qu'il savait déjà, mais qu'il avait besoin d'apprendre par lui tout de même. Ou bien allait-il dévier sur un autre sujet plus lambda pour encore essayer de retarder l'inévitable ? Après tout, cet imbécile était décidé à ne pas dire ce qu'il avait sur le cœur, pour des raisons particulièrement obscures pour le professeur d'éthique. Cependant, le directeur réussît à surprendre Yagari d'une façon incroyable. Ses lèvres, si proches de celles du hunter, touchèrent ces dernières un court instant, avant de se dérober telles deux voleuses qui repartiraient malicieusement avec leur butin. Ce fut un véritable court-circuit qui frappa le corps de Toga, telles des centaines d'électrodes frappant son cerveau en même temps. Il écarquilla longuement les yeux d'effroi, et resta un instant immobile, le temps qu'il fallait pour comprendre que cet enfoiré venait de l'embrasser sans la moindre permission ni raison. Peu à peu, l'effroi et la surprise que ressentaient l'homme au bandeau mua en une irrépréhensible et progressive haine, le visage de Toga se marquant vivement de traits de rage extrême. Ses yeux s'enflammèrent alors qu'il essayait d'oublier la gêne extrême qui venait de le pousser à rougir intérieurement afin de rougir plutôt de colère. La main du hunter se leva vivement au ciel, poing fermé, et s'abattit lourdement telle une terrible sentence sur le crâne du blondinet, dans un bruit lourd.

"ESPECE D'IMBECILE ! POURQUOI AS-TU FAIT CA ?!!!"

La fenêtre du bureau s'ouvrit soudainement vers l'extérieur, le haut du corps de Yagari en sortant comme-ci il respirait pour la première fois depuis des années. Prenant une grande bouffée d'air frais, l'hunter se sentit à moitié soulagé. Mais seulement qu'à moitié. Il dégaina rapidement de sa poche son paquet de cigarettes, empocha l'une d'elles, et rangea le paquet avant d'allumer sa clope avec le briquet qu'Andrew lui avait prêté. Ce dernier ne fumait pas de toute façon. Inspirant grandement une partie de cette vapeur dangereuse mais exquise, Toga eut l'impression d'être plus soulagé que jamais. Frissonnant de tout son corps, il ferma les yeux et expira sa fumée néfaste en souriant. Il se sentait bien. Toutes ces questions avec Kaien semblaient maintenant beaucoup plus faciles à appréhender, et l'hunter reprit doucement mais sûrement son calme, devenant presque apaisé pour le directeur. Rangeant son attirail de fumeur, il fut pour une fois content de sa situation. Il fumait. Et Kaien non. Inspirant fièrement une nouvelle bouffée de tabac brûlé, le professeur d'éthique laissa peser un assez long silence dans la pièce après ce qu'il venait d'arriver, tournant le dos à son vieil ami par sa position, accoudé ainsi au rebord de la fenêtre. Il devait se méfier. Pour que le directeur soit prêt à en venir à cette ruse infâme pour le déstabiliser, il ne faisait aucun doute qu'il ferait tout pour ne pas lâcher le morceau par simple fierté. Ce que cet idiot ne savait pas, c'est que Toga non plus ne lâcherait pas. Et non pas parce qu'il ne voulait pas, mais parce qu'il ne pouvait pas. Et ne voulait pas en même temps, mais ça c'était personnel. Prenant un ton calme et mélancolique, Yagari brisa finalement ce silence funeste.

"Désolé de m'être énervé... Mais je m'inquiète vraiment pour toi... Ca faisait longtemps que je ne t'avais plus vu comme ça... Si tu tiens vraiment à ne rien me dire, très bien, je sortirais maintenant et ne t'emmerderais plus... Mais ne me demande pas d'ignorer ça en échange. Je ne peux rester devant un être aussi tiraillé plus de quelques secondes, au point d'avoir besoin de fumer pour l'oublier. Je ne peux rester en ta présence... Car j'ai l'impression d'avoir échoué à t'aider quand tu avais besoin de moi... Mon ami..."

Prononçant ces deux derniers mots sincèrement et sans la moindre pointe de sarcasme, Toga Yagari tourna le coin de l’œil vers le directeur en affichant un air morne. Cette fois, ça devait être la bonne, sinon il laissait tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Dim 16 Nov - 4:40

Une fois son baisé donné, Kaien recula lentement son visage, pas énormément, juste assez pour voir la réaction de Yagari, en le voyant écarquiller les yeux et rougir, il se dit tout d'abord qu'il n'avait pas changé puis changea rapidement d'avis en recevant le coup du hunter. Il y avait mit une telle force que le pauvre directeur chuta de sa chaise et tomba les fesses sur le sol.

"ESPECE D'IMBECILE ! POURQUOI AS-TU FAIT CA ?!!!"

Kaien entendit aussitôt la fenêtre s'ouvrir et Yagari respirer l'air au-dehors puis suivit en silence tout son petit manège de fumeur invétéré. Même le bruit du briquet actionné brutalement dans l'empressement du hunter parvint aux oreilles du directeur qui lâcha un léger :

"C'est interdit de fumer ici..."

Le directeur leva ses yeux noisettes vers lui, Yagari était de dos et n'avait sûrement pas entendu et puis même si c'était parvenu à ses oreilles il ne l'aurait sûrement pas écouté.
Pendant le temps que son ami se calmait, Kaien inspecta la pièce du regard; les documents, le livre de Tôga, le téléphone et pour finir la lampe brisée... Quand ces deux-là se disputaient ils n'y allaient pas de main morte ça c'est sûr... Et qui allait devoir tout ranger et nettoyer ensuite? Sûrement pas le borgne! Son indélicatesse énervait énormément Kaien et ce qui l'énervait encore plus en ce moment c'est que là, pour une fois, il essayait de l'être. Lui qui n'avait jamais pris de pincette avec lui. Lui qui était toujours franc et clair. Maintenant... Maintenant il s'amusait à tourner autour du pot.
Le blond sentit un profond agacement l'envahir. Qu'est-ce qu'il y avait de si important pour qu'il lui se moque de lui? Qu'est-ce qui était plus important que leur vieille amitié?
Kaien essayait de retourner le problème dans tous les sens mais n'y comprenait rien. Il savait juste que ça devait être grave ou alors d'une importance capitale aux yeux, ou plutôt à l'oeil, du brun.
Il allait s'engouffrer dans une longue réflexion quand Yagari prit la parole.


"Désolé de m'être énervé... Mais je m'inquiète vraiment pour toi... Ca faisait longtemps que je ne t'avais plus vu comme ça... Si tu tiens vraiment à ne rien me dire, très bien, je sortirais maintenant et ne t'emmerderais plus... Mais ne me demande pas d'ignorer ça en échange. Je ne peux rester devant un être aussi tiraillé plus de quelques secondes, au point d'avoir besoin de fumer pour l'oublier. Je ne peux rester en ta présence... Car j'ai l'impression d'avoir échoué à t'aider quand tu avais besoin de moi... Mon ami..."

Kaien écarquilla les yeux à ces mots. Étrangement quelque chose bouillait tout au fond de lui.
Une rage irrépressible envers cet homme juste derrière lui. Il l'aurait bien poussé par la fenêtre si ça n'avait pas été son ami et encore, ça le titillait.
Le blond afficha un sourire en coin et lâcha un léger rire sarcastique. D'une main il retira l’élastique et détache ses cheveux tandis que de l'autre il ôta ses lunettes qu'il brisa sans le vouloir.
Entendre son meilleur ami se foutre de sa gueule aussi ouvertement le mettait hors de lui. Ils avaient passés tellement d'épreuves ensembles, survécus de justesse à des embuscades de vampires et bien d'autres péripéties qui les avaient malgré tout forgés. Enfin surtout le hunter car Kaien était déjà bien connu...
En sentant le regard de Yagari se poser sur lui, il avait sûrement entendu le craquement des lunettes, le directeur se redressa lentement. Il releva la tête et adressa un regard glacial et fou de rage à Yagari avant de l'attraper brutalement par le col.


"Cesses un peu de te moquer de moi! Ami?! AMI?! LAISSE MOI RIRE! UN AMI N'AGIRAIT PAS COMME TU LE FAIS!"

Le poussant violemment dans la pièce pour le faire reculer, le blond enchaîna avec une droite bien placée dans la joue du brun. Il tenta ensuite de reprendre son souffle et de se calmer au passage. Inspirant et expirant profondément, il essayait de visualiser sa petite Yûki mais cela ne lui suffit pas, il n'était qu'un tantinet plus calme, c'est tout.

"Comment peux-tu me cacher quelque chose?! Comment peux-tu te comporter comme ça avec moi?! Je t'ai vu Tôga! Je t'ai vu entrer dans l'espèce de boite bizarre qui a d'ailleurs disparue quelques secondes après! Bien sûr j'ai cru que j'hallucinais avec ce que tu m'avais dis juste avant mais ton comportement est bien trop étrange pour que je me fasse une fausse idée! Alors maintenant je te conseille vivement de me dire la vérité!"

Voilà... C'était trop tard... Le Kaien d'autrefois venait de resurgir comme s'il n'avait jamais été enfoui... Lui qui s'était donné tant de mal pour le faire disparaître... Yagari était d'ailleurs troublé du changement brutal de son ami lorsque c'est arrivé... Il y a de quoi d'ailleurs; un homme robuste avec du caractère qui se transforme du jour au lendemain en "tapette". Tôga avait eu du mal a accepter... Peut-être qu'il ne l'a toujours pas fait... Ce qui est sûr c'est que jamais auparavant il n'avait levé la main sûr Yagari. Souvent raillé, enguirlandé, surtout quand il faisait les choses mal mais jamais frappé.
Le blond commença soudainement à se sentir mal à l'aise. Comment avait-il pu redevenir ainsi aussi vite? Et surtout, surtout, comment Yagari allait réagir à ce qu'il venait de lui faire...?
Desserrant lentement les poings, Kaien adressa un regard plus calme mais toujours froid à Yagari, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tôga Yagari

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Lun 17 Nov - 1:21

"Cesses un peu de te moquer de moi! Ami?! AMI?! LAISSE MOI RIRE! UN AMI N'AGIRAIT PAS COMME TU LE FAIS!"

Yagari fut déboussolé face à une telle réaction de la part de son vieil ami. Se prenant le coup sans véritable douleur mais plus avec une énorme confusion, l'hunter tituba avant de reprendre ses esprits. Cela faisait des années qu'il n'avait plus vu Kaien dans cet état, et le pire c'était qu'il avait craqué sur quasi rien, rendant l'étonnement du professeur d'éthique encore plus fort. Il devait vraiment être sur les nerfs pour en arriver là. Cela était bien le pire cas envisageable pour l'hunter. Si la tapette insouciante à laquelle il avait à faire lui aurait donné très peu de soucis, si le vrai Kaien apparaissait, cela devenait une autre paire de manches. Néanmoins, ce n'était pas pour autant que Toga allait abandonner, bien au contraire. En fait, à cet instant, pour lui, un abandon et des aveux étaient plus que jamais impossibles. Pour sa fierté, certes, mais aussi pour  la confiance que cet homme non humain lui avait accordé. Il fronça les sourcils sévèrement et posa les yeux sur les lunettes que son vieil ami avait brisé par inadvertance, écoutant dans le silence ce qu'il avait à lui à dire.

"Comment peux-tu me cacher quelque chose?! Comment peux-tu te comporter comme ça avec moi?! Je t'ai vu Tôga! Je t'ai vu entrer dans l'espèce de boite bizarre qui a d'ailleurs disparue quelques secondes après! Bien sûr j'ai cru que j'hallucinais avec ce que tu m'avais dis juste avant mais ton comportement est bien trop étrange pour que je me fasse une fausse idée! Alors maintenant je te conseille vivement de me dire la vérité!"

Toga resta longuement silencieux, puis soupira. Cela n'aurait été que lui, il aurait déjà tout avoué sans compromis, mais la situation actuelle et la promesse qu'il avait faite l'en empêchait. Il allait devoir se compliquer la vie, bien qu'il détestait ça. Cependant, il ne voyait plus trop quoi faire. Le fait que son ami l'avait monté dans la même boîte bleue qu'il avait vu auparavant, et dont l'hunter avait renié l'existence, semblait le mettre dans une impasse. Et pourtant, il lui fallait une solution. Un moyen d'y échapper, n'importe lequel... Yagari essaya d'agripper sa cigarette par réflexe, mais sa main vola dans le vide, jusqu'à rentrer en contact avec sa bouche, et le professeur de morale écarquilla les yeux. Il l'avait perdu. Sûrement à la fenêtre quand le directeur l'avait bousculé. Putain de merde. Une Winston en plus. Complètement déstabilisé par l'absence de son seul soutien de sérénité, Toga se mit la main sur la front et grimaça. Il allait devoir tout lui dire. Il ne pouvait y échapper, aucune autre issue ne se présentait à lui. Mais alors qu'il s'apprêtait à tout déballer, à avouer son secret et se mettre dans une situation très désagréable, la porte du bureau s'ouvrit en grand et sans la moindre forme de concession, un homme entrant avec vigueur, Andrew Sarkov. Arrivant avec autant de brutalité qu'une escouade du FBI et d'enthousiasme qu'un enfant à l'entrée d'un parc d'attractions, le professeur de psychologie s'adressa au hunter sans attendre, coupant court sans hésitation à leur discussion. Sa voix était, malgré son air détendu et de bonne humeur, assez inquiète.

"Toga ! Deux élèves se disputent dans la cour ! Ça va en venir aux poings, je crois bien ! J'aurais bien intervenu, mais bon, je suis ni éloquent ni très costaud, hahaha ! Je cherchais de l'aide et vu que j'ai entendu ta voix dans le bureau de Kaien... Tu pourrais aller régler ça s'il te plaît ?"

Le visage d'Andrew s'imprégna d'un air innocent et presque horripilant, mais qui avait le mérite d'être très convaincant, surtout quand on le voyait comme une chiffe molle sans ambition. Ce qui n'était pas le cas, et Yagari venait en cet instant de s'en rendre compte. Cet homme venait de lui sauver lourdement la mise, avec un timing absolument parfait, presque effrayant. Il l'avait clairement sous-estimé, et dans cet instant, il lui était plus reconnaissant que jamais. Il en vint même à lui pardonner totalement le fait qu'il ne fumait pas. Reprenant son calme, le professeur d'éthique se forgea un air dur et sévère, et ramassa son livre d'éthique avant de se diriger silencieusement vers la sortie. En arrivant au niveau de la porte, il empoigna la porte, prêt à la fermer, et se tourna vers Andrew et Kaien, leur lançant un regard impassible, qui était un remerciement très habillement caché envers l'un et une remise à l'ordre pour l'autre, signifiant clairement que ce n'était plus le moment d'en parler, surtout devant un autre professeur. Il ignorait comment cet étrange individu allait arranger la situation, mais c'était le mieux placé pour le faire. Et au pire, si la vérité doit éclater, cela doit venir de la bouche d'Andrew, pas de la sienne. Perdant toute trace de stress en ayant perdu un tel fardeau, l'hunter se permit une dernière parole envers les deux hommes.

"On reparlera une autre fois, Kaien. Andrew, merci de m'avoir prévenu en tout cas."

"De rien, c'est normal ! Après tout... Je ne fume pas ~~"

Yagari fronça les sourcils, sentant lourdement le poids de la phrase d'Andrew et ce qu'elle insinuait. Se sentant honteux, l'hunter sortit de la pièce en toute humilité, fermant prudemment la porte derrière lui afin d'être définitivement délivré. Andrew Sarkov, lui, semblait avoir réglé une affaire et avait clairement l'intention d'en régler une autre, alors qu'il tournait son visage souriant et antipathique vers Kaien et le fixait longuement, dans un silence sombre et pesant. Au bout d'un moment, le professeur de psychologie se décida à couper cette absence de sons en grattant le sol avec la pointe du pied, l'air détendu.

"Votre bureau est sans dessus-dessous... Kaien Cross... ~~"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Mer 19 Nov - 22:16

Kaien attendait patiemment les explications de son ami. Enfin il allait savoir ce qui ce tramait ici. Le directeur fixait Yagari, secrètement impatient d'apprendre la suite lorsqu'il vit le professeur de psychologie entrer en trombe.

"Toga ! Deux élèves se disputent dans la cour ! Ça va en venir aux poings, je crois bien ! J'aurais bien intervenu, mais bon, je suis ni éloquent ni très costaud, hahaha ! Je cherchais de l'aide et vu que j'ai entendu ta voix dans le bureau de Kaien... Tu pourrais aller régler ça s'il te plaît ?"

Kaien sentit son sang bouillir à cette phrase et encore plus lorsqu'il vit l'air complice entre eux deux. Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien fabriquer ensembles hein?! Le blond voulu retenir son ami qui tournait déjà les talons mais n'osa pas. Pourquoi cet homme était venu chercher Yagari alors qu'il y a les gardiens pour se charger de ce genre d'incidents? Le directeur allait poser sa question à voix haute lorsque le professeur d'éthique l'interrompit :

"On reparlera une autre fois, Kaien. Andrew, merci de m'avoir prévenu en tout cas."

"De rien, c'est normal ! Après tout... Je ne fume pas ~~"

Kaien fronça les sourcils à ces derniers mots, oui, visiblement ces-deux-là étaient de mèche... Si il aurait été possible de faire parler Yagari, pour Andrew Sarkov, ce serait une toute autre histoire et il n'avait pas vraiment envie de s'y risquer. Après tout il était professeur de psychologie, il savait sûrement manipuler les gens... Il était en train de réfléchir à comment le repousser gentiment lorsque la voix d'Andrew le fit sursauter.

"Votre bureau est sans dessus-dessous... Kaien Cross... ~~"

"ça? Oui, c'est vrai, je vais d'ailleurs tout ranger de ce pas, la journée ne fait que commencer après tout, vous pouvez disposer, je n'en aurais pas pour longtemps, toute aide serait inutile."

Kaien lui adressa un sourire sympathique tandis qu'il commençait à ramasser les documents et qu'il posa la lampe sur le bureau.

"Oh non... Je vais encore devoir changer l'ampoule... Quel sauvage...

Le blondinet continua son rangement en soupirant, ignorant Andrew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Sarkov
Admin


Messages : 49
Date d'inscription : 09/11/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Jeu 20 Nov - 16:14

"ça? Oui, c'est vrai, je vais d'ailleurs tout ranger de ce pas, la journée ne fait que commencer après tout, vous pouvez disposer, je n'en aurais pas pour longtemps, toute aide serait inutile."

Andrew Sarkov afficha un très grand sourire et ferma les yeux, accentuant son air à la fois sympathique et troublant. Il resta ainsi, immobile, impassible, sans la moindre émotion autre que le sourire qu'il avait choisi d'afficher. Il semblait que même une poupée de cire ou une statue très réaliste serait plus expressive que cet homme en cet instant. Et pourtant il était là, debout, à regarder fixement Kaien avec ses yeux plissés. Le professeur de psychologie scrutait tranquillement son interlocuteur, alors que celui-ci lui demandait de disposer. De toute évidence, ce cher directeur n'avait pas l'intention de le mêler à cette histoire. Non, en fait, il avait surtout l'air de ne pas vouloir lui parler du tout, quelque fut la raison de ce mutisme. Cependant, ce que Kaien ne savait pas, c'était qu'Andrew, lui, avait la ferme intention de lui parler. Sinon quoi Yagari se retrouvera dans la même situation catastrophique dès leur prochaine rencontre. Et puis... C'était de toute façon une conversation qu'ils devaient avoir un jour ou l'autre, surtout s'il avait vu la boîte bleue comme il l'avait entendu en écoutant à la porte. Kaien essaya de se dédouaner en souriant et en commençant à ranger le bazar qu'avait mis Toga en s'énervant. Une vraie brute, celui-là. Mais bon, cela allait sûrement le servir dans cette situation, Andrew lui étant donc plutôt reconnaissant. Kaien ramassa la lampe dont l'ampoule était en morceaux sur le bureau et soupira longuement.

"Oh non... Je vais encore devoir changer l'ampoule... Quel sauvage..."

Le directeur ne semblait pas s'adresser particulièrement à Andrew en disant cela. Au contraire, il semblait volontairement lui tourner le dos, comme-ci il parlait à lui-même. Cet homme était de toute évidence décidé à l'ignorer jusqu'au bout. Mais cela était un jeu auquel le professeur de psychologie était largement habitué, et il allait se faire un plaisir d'y battre son opposant. Mettant ses mains dans son dos, et ignorant totalement la demande de disposition de son supérieur, Andrew visita les lieux tranquillement, comme-ci c'était la première fois qu'il pénétrait dans ce bureau, ce qui n'était, bien évidemment, pas le cas. C'était la troisième, pour être précise. Enfin, en tant que professeur, car il y avait l'entretien d'embauche aussi. La quatrième du coup, selon le point de vue. Regardant l'horloge présente contre un mur, puis les cadres affichés au mur, contenant à la fois photographies et peintures diverses, Andrew s'arrêta finalement devant la bibliothèque de Kaien, ce meuble semblant attirer particulièrement son attention. Tout érudit digne de ce nom se devait d'être attiré par un tel contenu littéraire. Les doigts fins et légers du professeur glissèrent sur les reliures des livres entassés ici, ses yeux cherchant avec avidité un titre accrocheur et un sujet attrayant. La Belle au Bois Dormant ? La Belle et la Bête ? Cendrillon ? Dans le rayon "Lectures personnelles" ? Bon bah chacun ses goûts hein. Les autres rayons étaient consacrés aux différents domaines de l'école, y compris la psychologie sur laquelle Andrew fonça à bras ouverts. Ses yeux dévorant chaque titre comme de fins gourmets, l'homme efféminé choisît finalement un livre nommé "De part la grâce de mon esprit", qui était le seul à ne pas lui parler. Andrew partit s'installer sur le siège de Kaien, les pieds croisés sur le bureau, et il bouquina le livre tranquillement alors que le directeur continuait son rangement. Laissant planer un long silence, le professeur de psychologie lâcha finalement :

"Il te voulait quoi le Toga ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaien Kurosu

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/10/2014

MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   Dim 23 Nov - 23:34

Kaien remettait de l'ordre dans son bureau en ignorant volontairement le professeur. Il resta concentré sur sa nouvelle activité et ne fit pas attention au petit jeu d'Andrew.
Décidément la force de Tôga n'était pas un mythe, loin de là.
Il remarqua que le professeur regardait ses livres et même un sourire lorsqu'il vit les lectures personnelles du directeur. Bah quoi? Il avait bien le droit d'aimer les contes de fées après tout non? Surtout qu'il les avaient achetés pour Yûki... Et gardés parce que c'est sympa...


"Il te voulait quoi le Toga ?"

Hein? Non mais, Andrew venait vraiment de le tutoyer? Encore que Tôga le fasse ça ne le dérangeait pas car ils étaient des vieux amis mais là il était le supérieur de ce professeur de psychologie, c'était un manque de respect flagrant! Sans compter la position qu'il s'était permis de prendre dans le fauteuil de Kaien...

"Il ne voulait pas m'embrasser en tous cas!"

Le blond rougit en repensant à ce qui s'était passé à ce moment là, bien que ce n'était, de base, pas prévu au programme, il devait avouer que ça n'avait pas été déplaisant et que ça lui avait ravivé tout un tas de souvenirs dont, ni l'un ni l'autre, n'oserait parler à l'autre.
Il se rappela ensuite la présence d'Andrew et lui fit un sourire tout en lâchant un rire enjoué, pour faire passer ça sous le signe de la plaisanterie avant d'ajouter :


"Plus sérieusement, il voulait simplement prendre de mes nouvelles, rien de très important, mais bon, vous connaissez sûrement Tôga, non? Il a le sang chaud et s'est vite emporté face à mon engouement trop prononcé! Il n'aime pas me voir prendre les choses à la légère! Ahah!

Le directeur lui fit un autre sourire, aussi grand que faux et repris tranquillement sa nouvelle occupation, bien décidé à terminer le plus vite possible cette conversation déplaisante, priant au passage, pour l'avoir finie avant son ménage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reflexions hasardeuses. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reflexions hasardeuses. [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universe Wars :: Mangas :: Vampire Knight :: Académie Cross :: Bâtiment principal :: Bureau du directeur-
Sauter vers: